Indonésie : Bali

Nous y sommes, Bali. Après une petite heure de ferry depuis l’embarcadère de Ketapang sur l’île de Java, nous voilà sur l’île dont le seul nom évoque le paradis… un paradis perdu ?


Si la culture balinaise n’est à nulle autre pareil, difficile d’en dire autant de son bord de mer. C’est finalement au cœur de l’île, loin du trafic et des stations balnéaires dénaturées, que nous découvrons ce que Bali a de plus beau à offrir. 
On aime, on n’aime pas, le meilleur et le pire de notre séjour à Bali, le tout en images pour vous faire partager un Noël pas comme les autres.

Impossible de passer à côté des traditions balinaises. Des cérémonies dans les temples, aux spectacles de danse traditionnelle, en passant par les offrandes quotidiennes (qui ne manquent d’ailleurs pas de nous faire lever le pied sur les trottoirs), Bali vibre à un rythme qui lui est propre et qui n’a pas d’égal en Asie… ça on aime !

Nous débutons notre découverte par le Nord de l’île. Si les plages de Lovina sont loin de nous faire rêver, c’est un coin paisible, idéal pour organiser la découverte des montagnes, des lacs Bratan et Buyan, des temples, des sources chaudes et des rizières en terrasses ; le tout avec chauffeur s’il vous plait, parce qu’à 3 et sous la pluie c’est plus agréable et pas beaucoup plus cher que de louer un scooter (400 000 IDR la journée soit 25€, à peine plus de 8€ par personne). On aime aussi !

Temple du lac Bratan

Lac Buyan 

Cascade de Munduk

Rizières près de Munduk

Monastère bouddhique de Banjar

Plus proches de l’île de Lombok, mais « passage obligé » de tout visiteur qui se rend à Bali, les îles Gili Trawangan, Gili Meno et Gili Air, offrent la particularité d’être exemptes de tout véhicules motorisés. Sable blanc, eau turquoise et charrettes tirées par des chevaux, voilà les atouts de trois îles où il fait bon profiter de la plage, des restaurants et des bars. C’est ici que nous avons choisi de passer le réveillon de Noël. Cette année, pas de foie gras, ni de saumon fumé ou de civet, mais nous passerons une partie de la nuit à danser sur la plage dans des tenues plutôt estivales. On aime toujours !

  

De retour à Bali, nous élisons domicile à Sanur, une station balnéaire qui n’a rien d’original mais offre de jolies plages. Nous sommes toujours assez loin de l’image que l’on se fait du Paradis, mais la vue sur le mont Batur au crépuscule nous laisse penser qu’on s’en est rapproché. Difficile de se prononcer !

Ascenseur émotionnel dès notre arrivée à Kuta, où les souvenirs se marchandent en dollar américain et où nous avons la malchance de découvrir une plage couverte de déchets venus du large. C’est décidé, on ne passera pas plus d’une journée ici. Reste à optimiser notre temps, tâche qui n’est pas  facilitée par les habitants qui refusent de nous louer deux scooters pour une journée, de peur de perdre des clients qui les voudraient pour plusieurs jours… du jamais vu ailleurs en Asie ! Il nous faut donc une heure avant de pouvoir échapper à Kuta, pour finalement nous retrouver dans des bouchons interminables sur la route du sud en direction du temple d’Uluwatu. Gauche, droite, trottoirs, heureusement que les scooters passent partout car il n’y a guère que la conduite qui nous distrait tant la presqu’île de Bukit nous semble manquer d’attrait. Définitivement, le sud de Bali on n’aime pas !

Bien que très touristique, Ubud est l’endroit idéal pour assister à un spectacle de danse traditionnel, et rayonner un peu partout sur l’île. C’est à nouveau en scooter que nous partons à la découverte du « Pura Gunung Kawi » perdu au milieu des terrasses cultivées de riz, du « Pura Tanah Lot » à l’ouest, fameux édifice perché sur son rocher, ou encore la cité de Klungkung et son palais. Cette fois on aime !

Près du Pura Gunung Kawi

Pura Gunung Kawi

Au centre de Klungkung

Pour nos derniers jours en Indonésie nous voulons profiter de la plage, on choisi alors Padangbai, village assez calme en dehors des heures de départ des ferrys qui font la liaison avec Lombok et les îles Gili. La plage la plus agréable est aussi la mieux cachée et nous la découvrons un peu par hasard un jour ou Claire est malheureusement clouée au lit… dire qu’on aime Padangbai serait un peu fort alors libre à vous de juger.

Alors que Claire rentre en France après un mois passé à nos côtés, demain nous nous envolons pour une aventure d’un tout autre goût, à un tout autre prix. Un peu restés sur notre faim ici, c’est avec un grand appétit que nous partons en Australie.
Publicités

3 commentaires

  1. les rizières, les cascades, les plages de sable blanc, l'eau bleu turquoise, c'est paradisiaque même si au travers on trouve des intrus comme les détritus et les touristophobes !
    cela restera un Noel d'exception
    BM

    J'aime

  2. L'herbe était souvent très verte à l'autre goût du monde, mais il suffit parfois de regarder devant sa porte pour s'apercevoir qu'elle est très verte aussi ! Il y a ce que l'on voit, ce que l'on croit voir et ce que l'on regarde…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s