Thaïlande : Chiang Mai

Afin d’obtenir un droit de séjour de 30 jours sans faire des allers-retours  à la frontière, nous avons choisi d’arriver en Thaïlande par la voie des airs. Depuis Luang Prabang au Laos, nous prenons l’avion direction Chiang Mai au nord-ouest de la Thaïlande, une heure de trajet pour la somme raisonnable de 115 € sur Lao Airlines, une option rapide et confortable.

Arrivés à Chiang Mai, nous débutons probablement la semaine la plus passionnante du voyage.

Après un détour par le labyrinthe d’étals du marché de Warorot, près de la rivière Ping, à deux pas des quartiers musulmans et chinois, nous consacrons le premier jour à la découverte du cœur historique de la ville, entouré de douves joliment aménagées et de rares vestiges des remparts de briques, autour desquels se concentre une circulation dense. Attention en Thaïlande on roule à gauche !

Sous un soleil de plomb, nous marchons de temples en temples dans une ville qui en abriterait plus de 300.

Parmi ceux que nous visitons se trouvent : Le complexe entourant « Wat Chedi Luang », son imposante silhouette  tronquée et ses éléphants blancs.

« Wat Pan Tao » et son ossature toute en bois.

Les messages philosophiques éparpillés dans le jardin ombragé de « Wat Pra Singh ».

Les peintures rouges et or de Wat Bupparam.

Ou encore le petit temple « Wat Lok Molee » et ses arbres aux feuilles d’or et d’argent.

A partir de 17h, nous partons pour le rendez-vous incontournable du samedi soir, le marché de nuit de la rue Wua lai, au sud de la vieille ville. Au delà des nombreux souvenirs, ce sont les stands de nourriture qui retiennent notre attention. Omelettes, brochettes, Pad Thai, œufs de cailles, crêpes, sushis, poulet frit, boulettes, jus de fruits… il y en a pour tous les goûts, à des prix dérisoires, entre 20 et 40 bahts (50 cents à 1€) pour des portions raisonnables, un bon moyen de grignoter pas cher et de goûter un peu de tout.

Nous en rêvions depuis longtemps, nous passerons notre seconde journée en compagnie des éléphants.

La matinée commence fort. A la sortie de la guesthouse, un minibus nous attend, il est en avance, étrange. Personne ne nous demande nos tickets, on roule à peine 2 minutes puis on s’arrête de l’autre côté des douves :  » – Vous aimez les plats épicés ? – Euh moyennement épicés… – Aujourd’hui c’est moi qui vais vous apprendre à cuisiner Thai. – Ah non, nous c’était pour les éléphants ! – C’est pas pour les cours de cuisine ?! – Non désolé… – OK, pas de problème on vous ramène… « 

Faux départ, retour à la case départ ! Un autre van arrive quelques secondes après notre retour, c’est écrit dessus, cette fois c’est Eddy Elephant Camp. Avant de passer au marché pour acheter des bananes, nous récupérons Damien et Agnès, deux compatriotes. Nous passerons la journée à quatre, au camp d’Eddy, le propriétaire des mammifères à trompes.

Une fois arrivés nous choisissons nos habits de lumière, vieux jogging et chapeau de paille, avant d’apprendre le langage des Mahouts, le nom thaï des Cornacs.

Maylong, Samsong, Jaylong, Hu Hu, Goué Goué et Ho, voilà les mots qu’il nous faut retenir avec quelques gestes associés, avant de pouvoir passer à la pratique, en présence de l’animal en chair et en os. Elle a 6 ans, elle s’appelle Jenny et elle aime les bananes.

Quelques kilos de nourriture plus tard, nous prenons place, chacun notre tour, sur le dos de l’animal. Après Damien, c’est Benoît qui s’y colle et qui monte s’asseoir, non sans difficultés, juste derrière la tête de Jenny. Un petit aller-retour pour répéter les bases, puis vient le tour de Justine qui a même le droit à une douche gratuite.

Chacun son bisous et Jenny repart avec son maître, le temps pour nous de prendre un repas.

Une fois le ventre plein, les choses sérieuses commencent et nous rejoignons nos montures pour une ballade en forêt. Benoît devant, Justine derrière, nous voilà partis à cru sur le dos de Wendy, une position plutôt inconfortable. L’animal n’est pas docile, Mahout c’est du travail, ça ne s’improvise pas !

A la fin de la ballade, nous descendons près de la rivière pour vivre le moment le plus magique de cette journée, le bain des éléphants. La petite Jenny semble s’amuser, elle se roule dans l’eau tant et plus, et ne se fait pas prier pour nous arroser. L’animal imposant semble soudain si  proche de nous, si accessible.

Nous aurions pu rester des heures à jouer dans cette rivière avec nos compagnons d’un jour, mais comme toutes les bonnes choses, celle-ci a une fin. Ces instants inoubliables gravés à jamais dans nos têtes, nous rentrons à Chiang Mai pour vivre la fin de cette semaine trépidente à l’autre goût du monde, avec un road-trip de 4 jours dans les montagnes de l’ouest, à quelques pas de la frontière birmane…

La suite au prochain épisode 😉

Publicités

1 commentaire

  1. Des temples, encore des temples, toujours des temples, on peut dire que vous en  » bouffez  » ! Magnifique !
    Vous avez finalement bien apprivoisé ces grosses bêtes, ça a l'air de vous plaire. En tout cas pour nous cela fait plaisir de vous voir aussi radieux. Bm

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s