Laos : Luang Prabang

Luang Prabang par voie terrestre, ça se mérite. La route, incontestablement l’une des plus belles, est aussi l’une des plus longues pour la distance parcourue, 6 heures sont nécessaires pour avaler les 160 km montagneux qui nous séparent de Vang Vieng. Heureusement il n’y a pas plus de passagers que de places dans le minibus, et la beauté du paysage est renforcée par la lumière faiblissante de cette fin de journée nuageuse, compensant un peu les ballottements subis dans les innombrables virages.

Il est 21h, le centre ville est animé par le marché de nuit et nous nous éloignons un peu pour trouver une chambre abordable… première « Guest house », dernière chambre disponible, une sorte de box en lambris qui empiète sur le couloir, un effet chalet à la montagne un peu glauque mais tout y est, on prend et on verra si on change demain ou pas…

Nous avons quatre jours pour visiter la ville et sa région ce qui nous laisse le temps de prendre un bon petit-déjeuner à la française, des vrais croissants et du vrai bon pain, un peu de confiture maison, un jus d’orange frais… des valeurs sûres.

Construite au confluent du Mékong et de la rivière Khan, bordée de montagnes et de forêts, la ville est connue pour son architecture héritée de l’époque coloniale, alliant murs blancs et balcons en bois, ainsi que pour ses nombreux temples.

 Au pied du mont Phu Si qui trône fièrement au cœur de la ville, nous empruntons la rue Chao Sisophan qui concentre quelques établissements à la mode, rendez-vous des jeunes touristes.

Un peu plus loin, en bord de rivière, les demeures coloniales accueillent des restaurants dont la carte met à l’honneur le plat national, le Laap.

Ici et là quelques charmantes ruelles relient la rue Kingkisarath à la rue Sakkharine où sont érigés les principaux temples et, par conséquent, de nombreuses boutiques de souvenir.

N’en étant pas à nos premiers temples, nous nous contenterons du monastère de la cité d’or (Wat Xieng Thong, 20 000 Kips) qui nous avait été conseillé par d’autres voyageurs et du temple XiengMuan, l’un des rares dont l’entrée n’est pas payante.

Malgré le temps nuageux, nous gravissons les marches du mont Phu Si pour atteindre l’empreinte du pied de Bouddha, gardée par de jeunes bonzes qui viennent parfaire leur anglais en discutant avec les étrangers de passage. Un peu plus haut, nous accédons au stupa doré de That Chom Si pour profiter de la vue sur les environs boisés de Luang Prabang.

Une promenade le long du Mékong nous conduit jusqu’au marché de Talat Sao, un marché local épargné par les touristes.

L’une de nos principales activités nocturnes, la seule en réalité, arpenter le boulevard Sisavangvong où s’établi le marché de nuit, très prisé pour ses sandwichs bacon/poulet avocat, ses fruit/oreo shakes et la quantité impressionnante de souvenirs en tout genre, à des prix abordables et négociables. Un soir pour repérer, un second pour comparer les prix et un troisième pour obtenir la meilleure remise… presque deux mois que nous pratiquons la négociation et Justine est redoutable à ce jeu là.

C’est aussi l’occasion de découvrir la rue des traiteurs, un petit passage où vous remplissez une assiette pour seulement 10 000 Kips, avec au choix nems, currys, riz frit et fruits auxquels vous pouvez ajouter une brochette ou un poisson au barbecue pour 20 000 et 70 000 Kips.

Après deux jours de déambulation, Benoît a les doigts qui fourmillent à l’idée de remonter sur un scooter pour découvrir les points d’intérêt éparpillés dans la région. En raison des nombreux accidents survenus ici, la location à la journée subit une forte inflation, 90 000 Kips pour un manuel, soit presque deux fois le prix habituel. Entre parenthèses, au Laos, finie la conduite facile des scooters automatiques, il faut apprendre à passer les vitesses. C’est probablement la raison pour laquelle nous empruntons la première rue à contre-sens, juste devant un agent de police qui, heureusement pour nous, se contentera de nous signifier notre erreur. Pour notre défense, nous avions vu des laotiens l’emprunter dans les deux sens… quand le chat dort, les souris dansent !

Direction la grotte de Pak Ou située à 25 km au nord est, au confluent de la Nam Ou et du Mékong. Arrivés au village, la traversée se fait en bateau (13 000 Kips aller-retour) vers les deux cavités qui renferment des centaines de statues de Bouddha (entrée 20 000 Kips).

Après une pause déjeuner à Luang Prabang, nous filons au sud-ouest pour profiter des chutes de Tat Sae, une eau étrangement limpide se déverse dans la rivière jaunâtre après avoir traversé la forêt où elle forme des terrasses calcaires, un paysage inattendu. L’eau est froide, agréable pour un bain de pieds.

Pour notre dernier jour, nous assistons à l’aumône des moines qui parcourent le boulevard Sisavangvong au levé du soleil, attendus par les laotiens qui leur offrent des boulettes de riz collant et des fruits, une tradition qui attirent les touristes dont certains se comportent comme au zoo, semblant avoir confondu Monks (Moines) et Monkeys (Singes)…

A l’heure du déjeuner, autour d’un sandwich, nous partageons notre table avec deux quinquagénaires québécois dont l’aventure fait rêver. Adeptes de promenade à bicyclette, ils ont tout quitté pour parcourir le monde à vélo ! http://veloreve.blogspot.com/

Un petit tour par le musée TAEC qui regroupe quelques costumes et traditions des minorités laotiennes et nous finissons ce séjour par un joli couché de soleil au bord du Mékong.

Alors que les monstres de Halloween commencent à hanter les rues, nous traversons la rivière Khan en barque pour déguster une fondue laotienne dans un cadre paisible.

Et demain ? Rendez-vous à l’aéroport, nous décollons pour la Thaïlande.

PS : Pour ceux qui se poseraient la question, finalement nous n’avons pas changé de chambre…

Publicités

7 commentaires

  1. Criminels de la route, bachibouzouks, anthropopithèques, ectoplastes…une rue à contresens non mais ça va pas bien !!!! Je suis indigné, ou deux. J'imagine la scène: (Justine: « – une rue en sens inverse, Là! Ose! »). Pour votre prochaine étape, à Bangkok, t'as Chao Praya et puis t'as ilande aussi à voir 😉 (je ne signe pas ce commentaire, les jeu de mots douteux vous auront certainement donner une piste 😉

    J'aime

  2. Encore et toujours le Mékong qui vous suit depuis déjà un bon moment
    Pas cool la rue en contresens, attention car s'il faut partir vous chercher au Laos c'est pas gagné!
    Ces plats que vous nou montrez font vraiment envie ! Miam, miam !
    Quant aux moines ils vraiment spectaculaires voire très fluo, on ne peux pas les manquer, j'espère que vous avez fais votre don !
    On se retrouve en Thaîlande. BM

    J'aime

  3. Si vous étiez fin octobre au Laos, ça veut dire que vous êtes déjà en Thaïlande depuis 3 semaines! Vous ne seriez pas par hasard les 26, 27 ou 28 novembre à Bangkok? J'y suis depuis deux jours (là je pars dans le Kanchanaburi pour quatre jours) et y serai de nouveau dès le 26 pour récupérer mon visa pour le Myanmar avant de m'y envoler le 29. Bisous

    J'aime

  4. Encore une étape qui me fait réver.. Décidément je suis fan. Pour la conduite, attention, ce n'est pas que l'on voudrait pas vous rejoindre dans ces lointaines contrées mais… pas pour vous récupérer en prison. Bonne continuation, cela fait plaisir de voir vos sourires toujours aussi beaux sur les photos. Bravo et à très vite pour lire vos nouvelles aventures en Taïlande. Bisous. Tatie Minit.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s