Vietnam : Saïgon et le delta du Mékong

Nous y sommes, Hô Chi Minh ville (ici les gens utilisent davantage Saïgon) dernière étape avant de quitter le Vietnam par le delta du Mékong.

C’est avec un peu de surprise que nous découvrons une ville qui ne ressemble en rien à Hanoï, à part peut-être pour la circulation. Bien que moins dépaysante que la capitale, Saïgon l’occidentale conserve le charme de la cuisine de rue et offre de nombreuses occasions de s’adonner au shopping à un prix raisonnable.

C’est pour nous l’étape la plus culturelle du Vietnam. Nous commençons notre visite par le palais de la Réunification, entièrement reconstruit après le bombardement de l’ancienne résidence du gouverneur français en 1962.

La visite se poursuit par une triste page de l’histoire du Vietnam, impliquant entre autres la France et les Etats-Unis, un conflit exposé sans tabou au cœur du musée des Souvenirs de Guerre. Nous prenons la mesure d’un conflit qui s’est déroulé avant notre naissance, mais dont l’atrocité s’est depuis maintes fois répétée aux quatre coins du monde. Le monde apprend-il vraiment de ses erreurs ?

Un petit crochet par la cathédrale Notre-Dame, toute de briques vêtue, et juste à côté la poste centrale dont la charpente métallique a été dessinée par un certain Mr Eiffel.

Après avoir été un peu déçus par le quartier de Cholon, quartier chinois décrit par les guides comme une ville dans la ville… nous prenons deux billets pour une représentation des traditionnelles marionnettes sur l’eau. Même si nous ne comprenons pas un mot de ce spectacle d’une cinquantaine de minutes, le jeu des marionnettes conte des histoires aux valeurs universelles, ancrées dans les traditions du Vietnam : les combats de dragons, les buffles, la pêche et les rizières.

Nous apprenons tout de la médecine traditionnelle vietnamienne au Fito musée installé dans une récente bâtisse respectant les codes de l’architecture vietnamienne.

Les deux jours et demi passés ici filent à une allure folle et c’est avec un arrière-goût de « Reviens-y » que nous prenons le bus pour Can Tho direction le delta du Mékong.

Comme à notre habitude, nous évitons les tours organisés, c’est donc sans trop savoir ce qui nous attend que nous débarquons à la gare routière. Un certain Mr Hung, propriétaire d’un « homestay » au bord du Mékong, devrait nous attendre à l’arrivée du bus. Il semble que Mr Hung ne viendra pas, nous nous laissons donc convaincre par une dame qui parle un anglais parfait et nous propose l’équivalent pour 5$ de moins.

Nous voilà transportés en scooter sur une dizaine de kilomètres pour rejoindre une maison pleine de charme et de hamacs, perdue au bord du Mékong. A 10$ la nuit, dîner et petit-déjeuner compris, difficile de rêver mieux.

Nous partageons l’excellent repas avec un espagnol, un anglais et une vietnamienne, et prenons part, tant bien que mal (plutôt mal que bien !) à la conversation philosophique propre aux voyageurs du bout du monde. Une belle soirée pour fêter notre 1er mois à l’autre goût du monde.

Le lendemain, c’est un tour en barque motorisée privée (15$ plus le prix du repas de notre capitaine de bord ; départ à 6h) qui nous conduit à la découverte de la vie du fleuve, ses maisons sur pilotis, ses marchés flottants et malheureusement un nombre important de détritus. Le tour est bien rodé mais modérément fréquenté. Il empreinte sur une longue partie un petit bras du fleuve, un environnement plus sauvage.

Une fois notre croisière terminée (vers 12h), nous choisissons de prendre le bus en direction de Chau Doc, à quelques pas de la frontière cambodgienne.

Cette ville au bord du fleuve nous réserve nos dernières surprises vietnamiennes. Après une matinée passée à parcourir le marché où nous faisons le (trop) plein de pâtisseries et de friandises locales, nous louons un scooter en direction de la montagne Sam.

Pour une fois la route est courte (4km) et facile à trouver (toujours tout droit, il n’y a q’une seule montagne !). Nous contournons la montagne par la droite et faisons presque tout le tour avant de trouver la petite route qui monte au sommet ; une route pentue qui donnera du fil à retordre à notre « motorbike ». D’en haut, la vue est superbe, l’horizon est loin, le fleuve et les rizières s’étirent à perte de vue sur plus de 180°… une image inoubliable.

Demain, nous passerons la frontière en bateau après un rapide arrêt dans les fermes flottantes d’élevages de poisson (10 min) et les ruelles du quartier de la minorité musulmane, les « Chams » (30 min).

C’est ici que commence un nouveau voyage.

Publicités

3 commentaires

  1. Le Mékong est omniprésent dans ce périple vietnamien et quelle étendue !!!!
    Bien vu pour les marionnetttes mais dommage pour le problème de langue ! Il faut apprendre le langage local !
    On est heureux de vous voir en photo de temps en temps
    Bye Bye Viet Nam et Bonjour Cambodge !
    BM

    J'aime

  2. Merci Samantha, on est toujours content de savoir que nos aventures inspirent d'autres voyageurs et je suis sûr que tu auras aussi plein de choses à nous faire découvrir sur le Vietnam car on n'a jamais tout vu 🙂 Continue bien ton long périple. Bises

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s